Symphonie en Ré majeur

Il y a assez peu d’endroits ou je retourne volontiers pour un court ou long séjour de détente ou de vacances.

Non pas à cause de mauvaises d’expériences, simplement parce que je n’aime pas refaire toujours la même chose et que j’ai peur d’être déçue par une seconde fois, surtout quand la première visite est très positive ou laisse des souvenirs inoubliables.

Car le souvenir est souvent traître, il embellit parfois exagérément une situation qui ne peut être que déceptive quand elle devient ou re-devient réelle.

Pourtant, il y a quand même quelques lieux où je suis retournée plusieurs fois sans hésitation. Qui sont souvent des îles finalement. Parce que ce que je préfère finalement, ce sont les îles.  On s’y sent protégée et coupée du monde à la fois. Ce sentiment de sécurité et de solitude étant, du moins pour moi, une certaine idée du bonheur.

J’ai découvert Ré à l’occasion d’un prêt de maison tout au bout de l’île, à l’opposé du pont, près du phare des Baleines. A contre-courant des clichés plutôt bobos-chic-rive gauche-jaiunemaisondefamillesanspretentionde200m2avecpiscine, j’ai trouvé l’endroit plutôt familial, sans show-off à part une belle voiture de temps à autres et surtout d’un calme et d’une zenitude totale et rare, dès qu’on s’éloigne des quelques points touristiques les plus fréquentés.

J’y suis depuis retournée plusieurs fois. Toujours hors-saison. Je n’y mettrai jamais les pieds pendant les vacances scolaires de printemps ou d’été, les espaces sont petits, et imaginer les ruelles des villes de Ré et les pistes cyclables envahies par des hordes de vélos chevauchés par des campeurs en marinière et panamas fabriqués en Chine ne m’inspire que moyennement.

Je place mon snobisme où je veux et en particulier sur la critique des hordes de touristes à vélo portant des marinières et des panamas fabriqués en Chine.

Cette fois, direction Saint-Martin la « capitale » de l’île. Un peu plus austère, à cause de ses fortifications qui restent assez impressionnantes et bien conservées, que sa voisine La Flotte.

Après comparaison, je préfère La Flotte, moins fréquentée et plus « village » qui t’invite à la flânerie dans ses petites ruelles parsemées de fleurs (surtout des rosiers et des roses trémières).

Néanmoins, Saint-Martin propose aussi quelques jolies rues calmes et fleuries, une petite plage fréquentable à la sortie de la ville (alors que celle de La Flotte se réduit à une langue de sable recouverte à marée haute) ; et surtout une situation géographique centrale qui te permet de rayonner plus facilement dans les villages environnants à pieds par des chemins ou des pistes cyclables, en longeant la côte ou par l’intérieur.

Car oui évidemment, je vais dans un endroit où tout le monde circule à vélo alors que – coming-out – je ne suis jamais arrivée à tenir sur un de ces fichus engins sans tomber par défaut total d’équilibre. Je marche. Donc.

Pour les belles plages, au départ de Saint-Martin,  il te faudra traverser l’île en largeur et aller à 3-5 kms du côté de Bois-Plage ou de La Couarde. Voire prendre ton courage à deux roues et aller jusqu’au bout de l’île à 15 kms sur la grande plage de la Conche en visitant au passage Ars-en-Ré et son clocher bicolore et le village des Portes et ses maisons so chic.

Pour un peu plus d’authenticité il faut traverser les marais salants et les parcs à huîtres et aller jusqu’à Loix, village encore « local » et préservé pour quelques temps, bien qu’apparemment depuis quelques années, le chic est de déserter Ars devenue trop people, pour se réfugier à Loix. L’authenticité ne va donc pas durer très longtemps.

L’avantage de l’île de Ré c’est aussi que tu n’as pas à te soucier de ta garde-robe. Inutile d’emporter tes robes de princesse et tes talons de 12. De toutes manières entre les pavés partout et le vélo, tu ne survivrais pas longtemps.  Style marin de rigueur. Voire une certaine tendance au « plus c’est usé mieux c’est ». Ton cerveau de modeuse se repose totalement du problème existentiel du « qu’est-ce que je vais bien pouvoir mettre » pendant ton séjour.

Pour les amateurs de fruits de mer et de poisson, c’est également tout bonus. Huîtres locales à volonté et très bonnes poissonneries quasiment partout.

Hormis les restaurants, l’adresse gourmande à ne pas rater c’est le glacier « La Martinière » sur le port de Saint-Martin. Un des meilleurs glaciers de France selon de nombreux guides gastronomiques. Avec des parfums étonnants comme « pomme de terre de l’Ile de Ré » ou « Thaï » à base de gingembre et d’épices. Mention spéciale toutes catégories au parfum « corne de gazelle » qui restitue fidèlement le goût de la fameuse pâtisserie orientale. A tomber par terre.

 

Quant au climat, sur 5 séjours en milieu ou fin de printemps, je n’ai jamais eu à me plaindre. Grand soleil et chaleur au rendez-vous à part quelques demi-journées plus couvertes et plus fraîches. Je ne sais pas si j’ai eu une chance particulière mais le micro-climat de l’île est réputé pour la préserver souvent des intempéries environnantes.

Pour un séjour, personnellement mes villes et villages préférés sont La Flotte, Saint-Martin, Loix, Ars-en-Ré, Les Portes et Saint Clément des Baleines. Les autres villes et villages sont moins typiques et plus rénovés. Mais le seul endroit que j’éviterais vraiment est Rivedoux, à la sortie du Pont. A part la plage, aucun intérêt.

Attention, sans voiture certains endroits ne sont pas très bien desservis, un bus par heure qui ne s’arrête parfois pas partout.

En revanche, les locations de vélo poussent plus rapidement que les champignons en automne. Et les pistes cyclables couvrent absolument toute l’île permettant d’aller dans des endroits inaccessibles avec un engin mécanique.

L’inconvénient majeur de l’île  : les tarifs parfois élevés, notamment pour la nourriture et l’hébergement. C’est pourquoi encore une fois, je te recommande absolument le hors-saison dans la mesure du possible.

En ce domaine, quitte à consacrer du budget à un séjour, je préfère une semaine d’excellentes vacances que deux moyennes à un tarif inférieur. Après, ceci reste un choix et évidemment une question de moyens.

En matière d’hébergement, si tu choisis comme moi Saint-Martin, très bonne note au Pierre et Vacances « Le Palais des Gouverneurs ». Central mais hyper-calme, à 5 minutes à pieds des commerce, très bien équipé, l’ancien palais des gouverneurs de l’île (comme son nom l’indique) a été transformé en résidence avec des logements du studio au 4 pièces tout confort,  très fonctionnels et bien aménagés avec une mini-terrasse ou un balcon, donnant sur un jardin. Plus une piscine semi-couverte, un sauna et une aire de jeu pour les petits. Parfait pour la détente. A recommander.

Ce qui est certain c’est que Ré est devenu un de mes spots de prédilection. J’y trouve la détente et le calme que l’île soit à la mode ou pas, peu importe. Et que j’y retournerai dès que possible l’an prochain pour un nouveau séjour.

Peut-être même que j’y apprendrais à faire enfin du vélo, va savoir ? J’ai déjà barré un certains nombre de choses que je pensais irréalisables sur ma liste.

Alors pourquoi pas.

IMG_1939

La résidence Pierre et Vacances le Palais des Gouverneurs vue des jardins.

IMG_1885

 

La piscine de la résidence

IMG_1888

Le studio en rez-de jardin

IMG_1894

Le port de Saint-Martin de Ré

IMG_1900

IMG_2023

IMG_1975


IMG_1956

IMG_2013

Les couleurs de l’Ile

IMG_2011

Les roses trémières  partout.

IMG_1976

L’église Saint-Martin… De Saint-Martin (son clocher est le point le plus élevé de l’île, au sommet un très joli panorama à voir)

IMG_2032

 

IMG_1980

La plage de la Cible à la sortie de la ville

IMG_1966

IMG_2056

Les portes sur les fortifications

IMG_1957

IMG_1961

Les ruelles fleuries IMG_2022

Les phares de La Flotte et de Saint-Martin

IMG_2037

L’écrevisse n’est pas la spécialité locale, mais à déguster en bord de mer, c’est bien agréable quand même

IMG_2021

Les glaces de la Martinière (cette photo vient du site de la Martinière).

2 thoughts on “Symphonie en Ré majeur

  1. Ré je suis tombée dedans quand j’étais petite.
    Ben oui j’y ai fait mes premiers pas au sens littéral, mangé mes première huitres et araignées de mer.
    J’aime toujours beaucoup même si je n’y vais pas souvent.

    Tu m’as appris que les roses trémière, emblèmes de la cote charentaise, avec les maison blanches et les volets bleus, s’appelaient aussi les roses de porcelaine.. je suis contente je me coucherai moins bête ce soir…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *